Gérard Titus-Carmel

Un rêve en éclats

Illustrations de l’auteur.

2018 ‒ 96 pages ‒ 12 x 21 cm

Étendu au sommet de la falaise, face à la mer, les coudes dans l’herbe rase, les reins soutenus sans effort et les omoplates saillantes, la tête rentrée dans les épaules et légèrement tournée vers l’Est, je suis le Chac-Mool de la ville bleue, nanti des bonbonnes d’oxygène qui me permettront de nager des heures entières sous l’océan, draguant le fond sans relâche, en compagnie de mes petits amis glauques, avec leur tuyau de caoutchouc planté dans le dos et leurs lunettes.

Né à Paris en 1942, Gérard Titus-Carmel, après ses études à l’école Boulle de Paris, se passionne pour le surréalisme et la poésie. Dès ses premières expositions, dans les années soixante, ses toiles et ses dessins, ses lithographies et ses gravures révèlent un goût puissant pour la littérature, comme en témoignent titres et dédicaces de ses tableaux.

Il illustre les poètes qu’il aime, de Jacques Dupin à Philippe Jaccottet, avant de donner ses propres texes. Gérard Titus-Carmel poursuit son œuvre de peintre et d’écrivain dans le silence d’une grande bâtisse qu’il habite depuis plus de trente ans à Oulchy le Château.

Un rêve en éclats, “rêverie hagarde et anglo-normande” comme il aime le qualifier, est le premier texte de Gérard Titus-Carmel, oublié et resté totalement inédit depuis 1966. Avec cette mise en pièces ou histoire en morceaux, le verbe éclôt et jette une lumière nouvelle sur le demi-siècle de création qui a suivi : un vrai règlement de conte.

  • Dix-neuf exemplaires accompagnés de deux gravures de Gérard Titus-Carmel tirées par l’atelier René Tazé à Paris.
    .
  • 781 exemplaires sur vélin d’Oulchy.
    15 euros.