Salah Stétié

Oiseau ailé de lacs

Dessins d’Antoni Tàpies.

2010 ‒ 72 pages ‒ 17 x 24 cm ‒ ISBN 978.2.85194.753.6

Je te retiens contre mon cœur, ô fils, ô père !
Et tes pas dans les miens seront des pas de nacre
Sous les colonnes déchirées que nous aimions
Dans ce pays où tous les deux nous avons chevauché le souffle

Salah Stétié poursuit ici (après Fluidité de la mort et Brise et attestation du réel) sa quête essentielle, celle de l’espace de consumation qui habite sa poésie, creuset où toute la disparité contradictoire du monde se trouverait soudain concentrée en un alliage d’une exceptionnelle densité. «Le poème sera un noeud de forces consumées dans l’acte même qui les noue, et devenues matière invisible, champ magnétique». Poésie de nature alchimique, elle se refuse à reproduire ou à traduire le monde : elle n’en conserve que l’essence.

  • 30 exemplaires numérotés sur papyrus d’Alep.
    60 euros.
  • 870 exemplaires sur vélin.
    16 euros.