Illustrations de Jean-Gilles Badaire.

2018 ‒ 64 pages ‒ 14 x 22 cm

D’un trou creusé dans la terre, il peut toujours sortir de quoi vous surprendre et même vous émerveiller : une taupe bien sûr, moulée dans le velours de sa robe toujours de soirée… un mouchoir de ciel bleu, accroché à un buisson d’épine noire… un concert de grenouilles, immobiles parmi les joncs et les laîches parvenus avec les années, à prendre racine… pour la fillette sidérée, l’envol claquant d’un héron cendré, surpris lui aussi dans son repas champêtre de batraciens… une énorme ammonite persillée calant un piquetage de clôture… enfin un seau d’argile, but de la promenade, qui sera bientôt séchée, concassée, détrempée, lavée.

Admirable céramiste, potier virtuose et grand spécialiste des émaux à base de cendre de végétaux (en partie extraits des sols où siège depuis 1940 la communauté de Taizé) Frère Daniel de Montmollin vient fouiner autour de la taupe : toute chargée de symboles, elle est l’image de l’artisan potier qui amène “à la lumière les richesses minérales enfouies dans l’obscurité de la terre.” A plus de nonante ans, Daniel de Montmollin poursuit et renouvelle son œuvre avec enthousiasme et détermination ; humilité et science viennent perler à la surface de sa prose.

  • 20 exemplaires avec une peinture de Jean-Gilles Badaire.
    120 euros.
  • 780 exemplaires sur vélin.
    13 euros.