Clément Rosset

Le monde perdu

2009 ‒ 48 pages ‒ 14 x 22 cm ‒ ISBN 978.2.85194.746.8

Rêve que Fanny Deleuze, épouse du philosophe décédé, a été nommée par le gouvernement français non pas «maire» mais «mère» de Paris ; fonction nouvelle qui l’accapare au point qu’elle a dû cesser toute autre activité et a même dû renoncer à ses leçons de natation à la piscine ; lesquelles, assure-t-elle, lui faisaient tant de bien.
L’étrangeté de la nouvelle me réveille aussitôt.

«Au fond, je n’ai eu que deux idées dans ma vie, celle du tragique et celle du double. Ce sont d’ailleurs ces deux idées que je n’ai cessé de répéter dans tous mes livres». Écrits entre 2000 et 2008, sans ajouts, ni coupes ou suites possibles, les notes de rêves qui constituent Le monde perdu n’échappent pas à ce constat. Sa singularité est cependant brillante, davantage récit descriptif que dissertation philosophique, son caractère fantastique et cocasse nous livre un pan discret de la pensée vertigineuse de Clément Rosset.

  • 20 exemplaires sur vélin de Cuernavaca.
    48 euros.
  • 980 exemplaires sur vélin ivoire.
    12 euros.