Illustrations de Jean-Gilles Badaire.

2013 ‒ 64 pages ‒ 17 x 24 cm ‒ ISBN 978.2.85194.871.7

Tour à tour paladins, grands seigneurs aux incroyables munificences puis gueux prêts à bien des bassesses, les Peuls se répartissent eux-mêmes en trois catégories n’ayant en commun que le physique et la langue : les Peuls du bâton, les Peuls de la lance, les Peuls du livre : le berger, le guerrier, et le sage.

Amadou Hampâté Bâ a consacré une quinzaine d’années à l’écriture de L’empire peul du Macina, travail de recherche titanesque sur l’histoire et les coutumes du peuple peul dont il est issu. Le chant de l’eau, texte beaucoup plus concis se concentre sur la poésie de ce peuple nomade, dont une fraction vit dans les plaines du Mali où serpentent le Niger et ses affluents. De tradition orale, la poésie peule se retrouve dans les chants bucoliques, les chants religieux, les contes et jusque dans la souplesse et l’harmonie de la langue elle-même, celle qui a forgé l’écriture et la renommée littéraire d’Amadou Hampâté Bâ.

Suivi d’un carnet de dessins africains de Jean-Gilles Badaire.

  • 17 exemplaires numérotés accompagnés d’une peinture originale.
    120 euros.
  • 500 exemplaires sur vélin de Bandiagara.
    17 euros.