John Cowper Powys

Nietzsche

Traduction de Bernard Noël.

Dessins d’André Masson.

2019 ‒ 48 pages ‒ 12 x 21 cm

Ce n’est pas l'heure de parler abondamment de Nietzsche. Les voix du dissentiment se sont tues. La foule a cessé de hurler. Mais une chose bien pire lui arrive, la chose qu'entre toutes il redoutait le plus : on se met à l’“accepter” – les prédicateurs le citent et les théologiens l’expliquent.
De nos jours, ce qu’il implorerait, ce sont des Ennemis – des Ennemis acharnés, implacables –, mais notre époque ne peut en produire de semblables. Elle ne peut produire que la raillerie ricanante, ou bien l’approbation conventionnelle et apeurée.

Cet Essai sur Nietzsche resté inédit en français, résonne comme un cri qui veut conjuguer désespoir et enthousiasme. Les passerelles entre les œuvres des deux hommes sont nombreuses et, à l’image des personnages powysiens, saturés, contradictoires, écorchés, romantiques, c’est aussi un autoportrait qu’il trace en filigrane de ce texte saisissant.

Suivi d’un essai de Bernard Noël sur John Cowper Powys.

  • 500 exemplaires sur vélin.
    11 euros.