Max Jacob

Chronique des temps héroïques

Illustrations de Pablo Picasso.

2020 ‒ 144 pages ‒ 14 x 22 cm

Pour un poltron comme moi, rien de si courageux qu’une mise au point qui pourrait être une mise aux poings. Faire l’essai de la justice quand l’univers ne pense qu’à la force ? Après tout ! une bonne conscience porte toujours une arme à feu. Quant à mon revolver modèle 1905 avec lequel j’appris le tir, dans mes égarements il ne s’est pas égaré. En ce temps-là, Picasso maîtrisait son siècle en maîtrisant sa propre gourme géniale par le sacrifice de ses naturelles coquetteries (ô l’austère cubisme, etc…, etc…, etc…). On ne riait pas même encore du Douanier Rousseau, d’Erik Satie, l’un enlevant à la plastique des falbalas que l’autre enlevait à l’orchestre. En ce temps-là «homme nouveau» qui s’en doutait ? pas lui ! André Salmon déménageait en charrette à bras les Licornes du Symbolisme. Est-ce que les amis se choisissent ? Non ! ils se polarisent.

Max Jacob rencontre Pablo Picasso en 1901 à Paris. Il s’en suit une fraternelle amitié qui fait de lui le témoin quasi quotidien du travail de Picasso. A partir de 1921 les contacts sont plus laches mais les signes existent d’un lien jamais vraiment défait. Si il exprime parfois une pathétique jalousie à l’égard du peintre, c’est toujours Picasso qu’il désigne comme son héros (aux côtés d’Apollinaire ou Salmon) lorsqu’il doit écrire sur l’époque de la rue Ravignan.

Aussi, à la mort du marchand Paul Guillaume sa veuve lui demande une préface à un volume des mémoires de son mari. Le projet deviendra ce récit fondamental sur le cubisme : La chronique des temps héroïques, commencée en 1935 dont seul le début parut du vivant de Max Jacob en 1937. C’est en 1956 que Louis Broder en fera une édition limitée, avec des eux-fortes de Picasso, d’après un manuscrit complet des huit chapitres.

C’est le texte de notre édition qui n’avait jamais été repris depuis. Il n’existe pourtant pas de témoignage aussi vivant et direct que celui-ci sur l’aventure de l’art moderne, depuis la bohème montmartroise jusqu’aux frasques des années folles.

  • 800 exemplaires sur vélin de l’Odet.
    23 euros.
Livre_default